From BlenderWiki

Jump to: navigation, search
Blender3D FreeTip.gif
IMPORTANT! Do not update this page!
We have moved the Blender User Manual to a new location. Please do not update this page, as it will be locked soon.

Rendre les animations

Mode: Tous les Modes

Panneau: Sous-contexte RenderAnim

Raccourci clavier: F10


Description

Alors que rendre une image fixe vous permet de la voir et de l’enregistrer depuis le tampon de rendu, lorsqu’elle est terminée, les animations sont constituées d’une série d’images, qui sont automatiquement enregistrées directement sur le disque après leur rendu.

Quand vous utilisez Blender, l’idée est d’utiliser le “compositeur” pour faire du… compositing (incrustation sur fond vert, matting, correction de couleur, DoF – profondeur de champ, etc.) sur les images rendues. Le résultat est alors fourni au VSE (Video Sequence Editor) pour le montage (cut, fondus, …) et la production du film définitif.

Processus de travail

Généralement, vous faites beaucoup de rendus intermédiaires sur différentes frames de votre animation pour vérifier le timing, l’éclairage, la disposition, les matériaux, et ainsi de suite. À un certain point, vous êtes prêt à faire le rendu final de toute l’animation pour publication.

Vous pouvez utiliser deux approches pour rendre un film, ou une animation, avec ou sans son. Celle à utiliser dépend du temps de rendu nécessaire. Pour l’estimer, vous pouvez rendre une frame “typique” à la résolution désirée, puis multiplier ce temps de rendu par le nombre de frames à rendre pour votre film, et vous aurez votre temps de rendu total. Si celui-ci dépasse l’heure, vous utiliserez l’approche “séquence d’images” (“Frame Sequence”). Par exemple, si vous rendez une minute de vidéo pour un film, il y aura (60 secondes par minute) × (24 images par seconde) = 1440 frames par minute. Si chaque frame prend 30 secondes au rendu, alors vous pouvez rendre deux images par minute, et avez donc besoin de 720 minutes (ou 12 heures) pour rendre votre minute de vidéo.

Le rendu prend toute la puissance CPU disponible. Vous devriez donc, soit rendre la nuit (ou quand le PC n’est normalement pas utilisé), soit donner une faible priorité à Blender durant le rendu (et continuer à travailler sur autre chose – attention à la consommation mémoire !).

L’approche directe consiste à choisir un format de sortie “tout-en-un” (fichier AVI ou MOV), avant de cliquer sur ANIM, et ainsi rendre directement votre scène dans un seul fichier vidéo. Blender crée un fichier qui contient toutes les images de votre animation. Vous pouvez ensuite utiliser le VSE pour lui ajouter une piste son, et rendre le tout vers FFMPEG pour obtenir votre film final.

L’approche frame consiste à choisir un format de sortie “image fixe” (comme le Jpeg, PNG ou Multilayer), avant de cliquer sur ANIM, et ainsi rendre votre scène vers une séquence d’images, où chaque image est une frame de l’animation. Vous pouvez ensuite utiliser le “compositeur” de Blender pour réaliser un post-processing, avant d’utiliser le VSE pour charger la séquence d’images finale, ajouter une piste son, et rendre le tout vers FFMPEG pour finaliser votre film. Cette approche est un peu plus complexe et utilise plus d’espace disque, mais vous offre bien plus de flexibilité.

Voici quelques clefs pour vous aider à choisir l’approche la plus adaptée :

Approche directe
Animations courtes, avec un temps de rendu inférieur à une heure ;
Alimentation stable (et si possible protégée par un onduleur) ;
Pas besoin du PC pour faire autre chose.
Approche séquence d’images
Temps de rendu total supérieur à une heure ;
Besoin de faire de la post-production :
Ajustements couleur/éclairage ;
Incrustations (fond vert, …) et caches ;
Superpositions/compositing ;
Plusieurs formats et tailles pour le produit final ;
Frames/ajustements intermédiaires nécessaires pour la compression/le codec ;
Timing précis (par ex. synchro labiale sur une piste audio) nécessaire en parties (NdT : phrase originale : “Precise timing (e.g. lip-sync to audio track) needed in parts”) ;
Besoin de pouvoir interrompre le rendu, et le reprendre ensuite là où vous l’aviez laissé.


Processus de travail pour une séquence d’images

  1. Commencez par préparer votre animation.
  2. Dans les contrôles du contexte Scene, réglez le rendu de votre animation vers des images fixes, en utilisant généralement un format préservant la qualité des images (je préfère le PNG ou le MultiLayer, à cause de leur caractère non-destructif).
  3. Sélectionnez le chemin d’enregistrement et le préfixe de vos fichiers, dans le panneau Output des boutons Render, par exemple “//\render\my-anim-”.
  4. Confirmez les images de début (Start) et de fin (End) de votre animation.
  5. Enregistrez votre fichier .blend.
  6. Pressez le gros bouton ANIM. Dormez, ou vivez votre vie, en attendant que votre PC en ait fini avec votre rendu.
  7. Une fois que le rendu de l’animation est terminé, utilisez l’explorateur de fichier de votre OS pour allez dans le dossier de rendu (“.\render” dans notre exemple). Vous y verrez beaucoup d’images (en .png, .exr, …, en fonction de format choisi pour le rendu), avec un nombre à la fin de leur nom, allant de 0000 à un maximum de 9999. Il s’agit des frames de votre animation.
  8. De retour dans Blender, ouvrez une fenêtre Video Sequence Editor.
  9. Choisissez Images dans le menu Add. Sélectionnez toutes les frames de votre dossier de sortie que vous voulez inclure dans votre animation. Elles seront ajoutées comme une bande dans le VSE.
  10. Vous pouvez maintenant éditer cette bande, lui ajouter des effets, ou bien la laisser telle quel. Vous pouvez aussi ajouter d’autres éléments, comme une bande son.
  11. Balayez (to scrub) rapidement l’animation, pour vérifier que vous avez bien inclus toutes les frames voulues.
  12. Dans le panneau Anim des boutons Render (contexte Scene), activez Do Sequence (sous le bouton ANIM).
  13. Dans le panneau Format, choisissez la conteneur et le codec voulu (par ex., FFMPEG H.264), et réglez-le.
  14. Cliquez de nouveau sur le bouton ANIM et Blender rendra le résultat du Video Sequence Editor dans votre fichier vidéo.

Pourquoi donc nous compliquer la vie ainsi ? vous demanderez-vous peut-être… Et bien, d’abord, si vous rendez vers des images fixes, vous pouvez arrêter le rendu à tout moment en tapant Esc dans la fenêtre Render. Vous ne perdrez pas les frames déjà calculées, puisqu’elles ont été enregistrées dans des fichiers individuels. Vous pouvez toujours ajuster l’image de début du rendu, pour reprendre le rendu là où vous l’aviez laissé. Vous pouvez éditer les frames par la suite, et leur appliquer du post-processing. Vous pouvez ajouter de mignons effets dans le VSE. Vous pouvez rendre la même séquence à différentes résolutions (640×480, 320×240, etc.), et utiliser différents codecs (pour obtenir différentes tailles de fichier et qualités), quasiment sans efforts supplémentaires.

Options

Boutons de rendu d’animation.
ANIM
Lance le rendu de l’animation.
Do Sequence
Rendre le contenu du monteur de séquence (sequence editor), au lieu de la vue caméra dans la scène active. Si la séquence contient des scènes, elles seront rendues comme parties du pipeline de rendu. Si Do Composite est aussi activé, le contenu de la bande Scene sera la sortie du Compositor.
Do Composite
Effectue le rendu, puis passe toutes les images au système de nœuds de compositing, affichant (et enregistrant) la valeur (l’image) du nœud de sortie Composite.
Play
Ouvre une fenêtre indépendante et joue l’animation pour vous. Vous devez fermer cette fenêtre avant de revenir à Blender (touche Esc, ou bouton X de la fenêtre !). L’un des intérêts de cette fenêtre, c’est que le numéro d’image est affiché dans son en-tête. Si vous cliquez LMB Template-LMB.png dans cette fenêtre, la vidéo repart du début. Maintenir la touche enfoncée fera avancer la vidéo en temps réel ; la touche permet de la lire en arrière, ce qui vous donne la possibilité de faire un balayage (scrubing) de la vidéo, pour identifier précisément une frame dévoyée !
Emballement
Si vous rendez une séquence d’images de 100 frames par exemple, puis changez vos réglages Sta: et End: pour quelque chose de plus restreint, disons 1 et 30, Blender continuera à lire toutes les frames qu’il trouve dans le dossier (100 en l’occurrence). Même si vous re-rendez vos 30 images pour refléter les modifications que vous y avez apportées, Blender continuera à jouer les 100 images. La seule solution consiste à modifier le préfixe de vos noms de fichier avant de re-rendre !


Return Code
Utile pour le debugging.
Sta et End
Les numéros des images de début et de fin de rendu (inclus). Ces deux réglages sont liés à leur équivalent Sta: et End: dans l’en-tête de la fenêtre Timeline (si vous modifiez l’un, l’autre “suit le mouvement”).
Emplacement et extensions des animations.

Par défaut, l’animation est rendue dans le répertoire spécifié dans le panneau Output (Localisation et extensions des animations.). Si un format AVI a été choisi, alors le fichier aura pour nom “####_####.avi” avec ####, les images de début et de fin de l’animation, un entier de 4 chiffres, rempli d’autant de zéros que nécessaire.

Si une format d’image “simple” a été choisi, une série de fichiers est produite, nommés “####.ext”, avec #### le numéro de l’image, et ext l’extension de son type.

Extensions
Ajoute automatiquement l’extension correspondant au type de fichier à tous les fichiers produits.


Astuces

Argh ! Ma petite morveuse de sœur a éteint le PC en plein rendu de mon film !
À moins que votre animation ne soit vraiment simple, et que vous vous attendiez à ce qu’elle soit rendue en une demi-heure ou moins, c’est toujours une bonne idée de rendre une animation en images séparées, dans un format lossless (non-destructif, sans perte, comme le TGA, PNG, BMP), plutôt que comme un fichier vidéo unique. Cela vous donne une bonne sécurité s’il y a un problème lors du rendu et que vous devez le relancer, puisque les images déjà rendues se trouvent toujours dans le dossier de rendu. Vous n’avez qu’à modifier Sta (c-à-d l’image de début du rendu) avec le numéro de l’image d’où vous voulez reprendre le rendu, et re-cliquer sur le bouton ANIM.
J’ai juste besoin de re-rendre quelques images du milieu
Autre bonne raison de rendre d’abord comme séquence d’images, si seules quelques images contiennent des erreurs, il est possible de faire les corrections appropriées et de ne recalculer que les images concernées.

Vous pouvez ensuite produire un fichier vidéo à partir des images avec le Sequence Editor de Blender, ou les nœuds de compositing.

Seule la première image est rendue, puis Blender se bloque
Si vous cliquez sur ANIM et que seule la première image est rendue, assurez-vous que le fichier de sortie n’est pas “bloqué” par un lecteur vidéo. En règle générale, contrôlez régulièrement la console pendant un rendu.
Unable to create Quicktime movie: CreateMovieFile error: -47
“Impossible de créer le film Quicktime : erreur CreateMovieFile: -47”, signifie que votre fichier Quicktime est utilisé (probablement dans une bande du VSE) et ne peut être réécrit. S’il est utilisé dans le VSE, supprimer la bande correspondante, ou supprimer le fichier depuis votre explorateur de fichier.